Logo des éditions Cornac

Lien vers notre page Facebook


Le livre de la sagesse Aléoute — Paroles d’un messager aléoute
Larry Merculieff, auteur — Annick Chiron, auteur

flèche Résumé
Aux Aléoutiennes, entre la péninsule du Kamchatka et celle de ­l’Alaska, vit un peuple aux racines plusieurs fois millénaires. Un peuple ­dépositaire d’une tradition qui, malgré les vicissitudes d’une histoire marquée par un double impérialisme russe puis américain, ne s’est jamais perdue. Larry Merculieff, le grand témoin de ce livre, a été choisi à l’âge de ­quatre ans par le dernier shaman de l’île de Saint-Paul pour porter le nom de Kuuyux, qui signifie «  celui qui tend le bras  ». Il est par la suite devenu le messager spirituel de son peuple, statut qu’il ­conserve ­toujours aujourd’hui. Dans cet ouvrage, en plus de nous raconter une histoire personnelle comme collective fascinante, Larry nous fait ­entrevoir que le renversement du monde moderne, déjà annoncé par de profonds bouleversements climatiques, économiques et politiques, ne se fera pas sans le recours à la sagesse ancestrale qui permettait aux Unangan, ainsi qu’à de nombreux peuples autochtones sur la planète, de rester en connexion étroite avec l’esprit de la Terre-Mère.

flèche À propos des auteurs
Larry Merculieff, auteur
Larry Merculieff, né sur l’île de Saint-Paul au coeur de la mer de Béring, marqué très jeune par la rencontre d’un shaman et initié à la tradition ancestrale par un mentor, s’est toujours senti investi d’une mission : établir un pont entre les savoirs millénaires de son peuple et le monde contemporain. Il a non seulement été l’un des premiers Unangans à accéder à l’université, mais il est aussi devenu un activiste convaincu, défenseur des droits et des libertés de son peuple. Aujourd’hui, il est l’invité privilégié des leaders spirituels autochtones d’Amérique du Nord comme du Sud, ainsi que des plus prestigieuses universités de son pays.

En savoir plus


Annick Chiron, auteur
Annick Chiron étudie la dynamique autochtone depuis plus de douze ans. Elle a obtenu à l’Université Laval à Québec un doctorat en anthropologie portant sur les demandes de pardon des gouvernements aux Premières Nations et s’est notamment intéressée à celle offerte en 1988 par le gouvernement fédéral américain aux Unangan de l’Alaska pour leur déportation dans des conditions inhumaines pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle voue une grande admiration à ce peuple du Grand Nord.

En savoir plus